Qu’est-ce que la décarbonation ou décarbonisation ?
Accueil Conseils aux investisseurs Qu’est-ce que la décarbonation ou décarbonisation ?
Retour aux Conseils aux investisseurs

Qu’est-ce que la décarbonation ou décarbonisation ?

Paysage avec eolienne decarbonation

Qui aujourd’hui n’a pas entendu parler de la décarbonation ou décarbonisation comme étant l’enjeu du monde de demain ? Qu’est-ce que la décarbonation ?

Ces mots reviennent en boucle sur tous les médias mais avant de savoir pourquoi décarboner, quelle est sa mise en place, comment décarboner, quelles sont les sources d’énergie concernées ainsi que l’efficacité énergétique, connaît-on la définition exacte de la décarbonation ?

COMMENT DÉFINIR la décarbonation ?

La décarbonation consiste à la mise en place de mesures et techniques permettant la réduction des émissions de gaz à effet serre (ou GES), émission de dioxyde de carbone (CO2). Le but étant de se passer le plus possible de combustibles fossiles pour arriver, idéalement, à la neutralité carbone fixée à 2050; on parle encore d’énergies décarbonées.

Il s’agit de limiter l’empreinte carbone d’une industrie, d’un secteur d’activité, d’un pays ou d’une économie entière.

L’objectif de la décarbonation est la réduction de la teneur en carbone comprise dans les énergies primaires émettrices de gaz à effet de serre et leur remplacement progressif par des énergies renouvelables ou non carbonées.

Quels sont les processus de décarbonation ?

Il en existe quatre :

–      Les énergies renouvelables (voir détail un peu plus bas)

Investir dans des structures qui dépensent moins d’énergies et qui assurent une émission de gaz à effet de serre moins importante. Il s’agit notamment des énergies renouvelables.

Elle est un des pistes pour atteindre l’objectif de la neutralité carbone espérée en 2050.

–      Consommer moins d’énergies fossiles et valoriser des sous produits

Ceci, afin de moins solliciter nos ressources. On parle ainsi d’économie circulaire, d’économie du “réemploi”, d’écologie industrielle.

–      La captation de carbone, ou captation du CO2

–      La valorisation du co2 en tant que matière première (production de carburants, de roche etc…)

Pourquoi faire appel à la décarbonation ? 

Constat : les gaz à effet de serre ( GES) que nous produisons, comme le méthane ou le dioxyde de carbone, sont une des causes du réchauffement climatique. Les combustibles fossiles déséquilibrent l’effet de serre. 

Voilà pourquoi décarboner l’économie est une priorité. L’innovation dans le secteur énergétique fait partie des alternatives pour sortir de ce modèle d’exploitation pollueur.

La décarbonation pour mener une transition énergétique compétitive et développer l’industrie

–      L’électricité

Nous l’avons dit en préambule, une des alternatives à l’émission de gaz à effet de serre est de réduire drastiquement la production de combustibles fossiles ( charbon, pétrole ou gaz naturel) pour arriver dans l’idéal à la neutralité carbone.
Pour cela, se passer des combustibles fossiles est une étape nécessaire pour décarboner le secteur énergétique en ayant recours à l’exploitation d’énergies à basse émission de CO2 et d’énergies renouvelables (ENR).

Produire des énergies renouvelables permet de puiser moins dans nos ressources et émettre moins de déchets de gaz à effet de serre. Il s’avère alors nécessaire de faire appel à un “mix énergétique”, mêlant ENR et énergies plus classiques car il est difficile de transformer un modèle du jour au lendemain, non seulement parce que la consommation d’énergie ne baisse pas et que les coûts ne peuvent subir une forte augmentation trop subite. On peut ainsi allier la production d’électricité renouvelable ( comme le solaire, le photovoltaïque etc) à la production nucléaire ( certes non renouvelable mais à très faible émission carbone).

–      Le chauffage domestique

Les citoyens lambdas peuvent agir pour réduire la consommation d’énergie émise par le chauffage combustible. Le chauffage domestique fait partie des sources d’énergies qui participent à l’émission de gaz toxiques.

Voici les types de chauffages domestiques qui sont émetteurs de CO2 : le chauffage au gaz, le chauffage au bois …

Chacun a la possibilité de décarboner son quotidien en utilisant au maximum un chauffage électrique ou des pompes à chaleur  PAC) dont les sources d’énergies proviennent de la nature ( eau, air, sol).

Ce sujet a été saisi par bon nombre d’acteurs mais c’est l’ADEME ( l’agence de transition écologique) qui, dans un

–      Les transports

Là encore, les citoyens ont une part à jouer dans la diminution du CO2.
La mise en place de chaîne de développement de véhicules électriques peu polluants fait partie des chantiers qu’ont déjà entrepris la France, la Norvège et la Suède.
Mais au-delà des véhicules électriques, c’est toute l’infrastructure urbaine qui participe de la réduction de l’émission de gaz polluants.

  • Privilégier les transports publics ( bus, train, tramway, et de plus en plus, vélo)
  • Privilégier le covoiturage
  • Consommer local afin de réduire le trajet des produits et donc leur bilan carbone

Il s’agit de faire évoluer le secteur du transport routier, maritime et aérien qui occupent une grande partie des émissions. C’est d’ailleurs pour cela que l’on parle désormais d’avions à hydrogène ou de navire GNL ( le GNL étant du gaz moins polluant que le fioul lourd).

Quelle est la part des pouvoirs publics dans la décarbonation ? La COP26 comme exemple d’investissement des états. 

L’intervention massive des Etats et des pouvoirs publics dans la décarbonation des économies va ouvrir la voie aux pratiques des consommateurs et des entreprises.
Le sommet COP26 qui s’est achevé le 13 Novembre 2021 à Glasgow, aussi appelé “le pacte de Glasgow », est la démonstration d’une prise de conscience des plus grands états de cette planète.Un accord de lutte contre le réchauffement climatique a été trouvé à l’issue de ces deux jours de négociations intensives. 

Si le bilan semble mitigé, les pays du nord ayant été plus frileux sur le sujet que les velléités des pays du sud,  il faut toutefois relever que c’est la première fois qu’une conférence des Nations Unies sur le climat s’est frontalement attaquée aux énergies fossiles et c’est le début d’une mobilisation dans la lutte contre le dérèglement climatique.

 

 

Quels sont les objectifs en matière de décarbonation ?

 

Comme nous l’avons dit, la garantie d’une efficacité énergétique passe par une prise de conscience et la mise en place d’une stratégie de décarbonation sur le plan mondial. 

L’objectif numéro 1 est de faire admettre cette priorité et de se donner les moyens nécessaires pour l’appliquer.

Or, nous avons assisté quasiment en direct à la difficulté d’une telle entreprise lors de la COP26.
A l’instar des pays européens, la France s’affiche comme leader et vise nettement la neutralité carbone pour 2050.

–      La neutralité carbone, qu’est ce que c’est ? 

La neutralité carbone est la volonté d’atteindre un équilibre entre les émissions de carbone liées aux activités humaines et l’absorption du carbone de l’atmosphère, rendue possible par les puits de carbone comme les forêts par exemple.

–      La “ stratégie nationale bas carbone”

La feuille de route du Gouvernement est portée par la « Stratégie nationale bas carbone », initiée en 2015 et révisée en 2018-2019, qui fixe les principales orientations pour réussir la transition vers une économie bas-carbone.

–      Le Plan de relance

Pour inciter les acteurs du secteur à accélérer leur décarbonation, la France a notamment débloqué des subventions pour presque 3 milliards d’euros dans le cadre du Plan de relance. Cette somme soutient notamment les investissements industriels dans les domaines de l’efficacité énergétique ou de l’électrification permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Quelles sont les solutions pour la décarbonation ?

La réponse qui vient immédiatement en tête est: consommer moins et mieux. Mais cette formule “ toute faite” a-t-elle encore du sens ? Et si oui, comment ?

–      Viser l’efficacité énergétique

 

L’efficacité énergétique passe par l’énergie qui est utilisée par exemple pour chauffer les bâtiments, celle utilisée pour le fonctionnement des industries, celle qui participe à l’utilisation des voitures etc.

–      Tendre à la “sobriété énergétique”

Qui, comme son nom l’indique, consiste tout simplement à réduire la consommation d’énergie et ainsi réduire l’émission de gaz à effet de serre.  

–      Miser sur les énergies renouvelables

L’énergie renouvelable est une énergie qui bénéficie d’un renouvellement naturel et rapide, on l’appelle aussi énergie verte. L’ambition est de remplacer les combustibles les plus polluants comme le charbon ou le pétrole par des énergies renouvelables.

On compte 6 catégories d’énergies renouvelables:

  • énergie solaire
  • énergie éolienne
  • énergie hydraulique
  • la biomasse
  • énergie géothermique
  • énergies marines

–      Permettre la captation de carbone

Pour capter le carbone, il faut sécuriser les écosystèmes naturels contenus dans les sols par exemple et en parallèle, développer les technologies de capture et de stockage de CO2.

–      La valorisation du CO2 comme matière première

Le principe de la valorisation du dioxyde de carbone (CO2) consiste à le considérer comme une matière première, que l’on capte à la sortie des fumées industrielles et que l’on exploite pour réaliser un certain nombre de produits ou d’opérations commercialement rentables.

Ainsi, la volonté des pouvoirs publics et des industriels pour atteindre la neutralité carbone, couplée à des solutions concrètes pour décarboner notre économie laisse place à une génération consciente que des changements profonds dans notre façon de produire et consommer sont à la fois nécessaires et atteignables.

*https://presse.ademe.fr/2021/11/transitions-2050-lademe-devoile-ses-scenarios-pour-atteindre-la-neutralite-carbone.html

Qu’est-ce que la décarbonation ou décarbonisation ?

Pourquoi Dunkerque est le territoire idéal pour développer votre entreprise ?

Téléchargez pour tout savoir