panoramique Dunkerque port
Home Investissements France 2030 : Dunkerque lauréat de l’AAP ZIBaC pour accélérer la décarbonation de l’industrie
Retour aux Investissements

France 2030 : Dunkerque lauréat de l’AAP ZIBaC pour accélérer la décarbonation de l’industrie

France 2030 : Dunkerque lauréat de l’AAP ZIBaC pour accélérer la décarbonation de l’industrie

Atteindre la neutralité CO2 sur le continent européen d’ici à 2050 : c’est l’objectif ambitieux de la France et de ses partenaires européens pour lutter contre le réchauffement climatique. La mise en place de Zones Industrielles Bas Carbone (ZIBaC) est une nouvelle étape en ce sens.

Le 8 novembre 2022, le président de la République Emmanuel Macron avait réuni les représentants des 50 sites industriels les plus émetteurs de CO2 et a réaffirmé l’objectif de diviser par deux les émissions industrielles de la France au cours de la prochaine décennie. Pour y parvenir, le plan France 2030 mobilisera des moyens sans précédent pour réduire les émissions industrielles de dioxyde de carbone. Découvrez un aperçu des thèmes et des objectifs de cette stratégie.

Transformer la France en pays pionnier de l’industrie décarbonée

Quels SONT LES enjeux pour l’industrie française ?

L’objectif de réduction des émissions est désormais inscrit dans la législation française dans la loi énergie-climat du 8 novembre 2019, et dans la législation communautaire dans le paquet « Fit For 55 » négocié par la France lors de sa présidence de l’UE en 2022.

Aujourd’hui, l’industrie émet 20 % des gaz à effet de serre. Pour le secteur industriel, l’objectif de neutralité carbone est donc un enjeu majeur, car bon nombre des technologies et procédés utilisés datent encore de l’époque de la 1ʳᵉ révolution industrielle. Atteindre cet objectif nécessite donc une évolution des méthodes et procédés de production qui ont parfois plus de 200 ans au cours des trois prochaines décennies. La réduction des émissions industrielles de dioxyde de carbone est aussi une opportunité économique et stratégique pour la France, comme l’explique le ministre de l’Industrie Roland Lescure :

« Notre ambition avec Bruno Le Maire est que la France devienne demain, grâce aux zones industrielles bas-carbone, à son mix électrique décarboné, et à son excellence dans les technologies de décarbonation, la destination la plus attractive au monde pour les industries décarbonées. »

Quels SONT LES objectifs ?

La réduction des émissions industrielles de dioxyde de carbone doit répondre à plusieurs objectifs, qu’ils soient environnementaux, économiques ou encore technologiques. Ils doivent :

  • contribuer aux objectifs environnementaux internationaux et nationaux : neutralité carbone jusqu’en 2050 et réduction de 55 % des gaz à effet de serre d’ici à 2030,
  • préparer les technologies de décarbonation de demain, nécessaires à la transition écologique,
  • assurer une offre compétitive des solutions françaises de décarbonation aux start-up, PME, ETI ou encore grands groupes, pour que les entreprises françaises deviennent des leaders industriels dans leurs domaines,
  • développer des actions à grande échelle pour démontrer
  • créer et renforcer l’offre de formation pour relever les défis de la réduction des émissions industrielles de dioxyde de carbone qui créera de nombreux nouveaux emplois.

Quels sont les moyens Mobilisés ?

Une Stratégie d’investissements sans précédent

France 2030 mobilise 54 milliards d’euros pour la transformation durable des secteurs clés de l’économie française (énergie, hydrogène, automobile, aéronautique ou encore spatial) par l’innovation technologique et l’industrialisation et positionne la France non seulement comme pays acteur, mais comme un leader du monde de demain.

Plus précisément, l’objectif principal défini dans la stratégie d’accélération « Décarbonation industrielle » est de développer une technologie innovante et compétitive pour réduire les émissions industrielles de dioxyde de carbone, contribuant à la création d’une industrie française décarbonée et durable. Pour y parvenir, le gouvernement va investir massivement dans l’innovation et le déploiement de solutions.  : 

  • 5,6 milliards d’€uros d’investissements en faveur de la décarbonation de l’industrie.
  • 610 millions d’€uros d’investissements consacrés à l’innovation et au déploiement de technologies pour une économie bas-carbone.
  • 5 milliards d’€uros d’investissement en soutien direct au déploiement de solutions de décarbonation dans les entreprises industrielles.

Quels sont les leviers envisagés pour décarboner l’industrie ?

  1. L’hydrogène est considéré comme étant bas-carbone si sa production ou son utilisation ne génère pas de dioxyde de carbone. Cet hydrogène est obtenu par électrolyse de l’eau à partir de l’électricité pour scinder ses molécules (H2O) et libérer de l’hydrogène. L’hydrogène sans carbone est l’une des solutions trouvées pour réduire massivement le dioxyde de carbone dans les industries à fortes émissions, avec effet de réduire les émissions de CO2. L’hydrogène est en effet une matière première qui peut se substituer au charbon et au gaz naturel dans de nombreux procédés industriels. 
  2. La biomasse définit l’ensemble des matières organiques pouvant devenir des sources d’énergie. Cette biomasse provient de la forêt, de l’agriculture (cultures cibles, cultures, dérobée et eaux usées d’élevage), des déchets (déchets verts ; biodéchets ménagers ; nutrition, distribution, déchets industriels, alimentaires et halieutiques ; déchets de l’industrie du bois ; eaux usées, etc. .). La biomasse est un vecteur clé de décarbonation, soit aux températures de combustion très élevées requises dans de nombreux procédés industriels, soit en tant que matière biochimique.
  3. L’électricité décarbonée : l’électricité décarbonée repose principalement sur les énergies renouvelables (éolien, solaire et hydraulique) et sur l’énergie nucléaire. 
  4. Capture du CO2 : le captage et la séquestration du carbone permettent le stockage et la préservation des émissions de dioxyde de carbone des procédés industriels. Ce processus empêche le carbone de pénétrer dans l’atmosphère et contribue au réchauffement climatique. Pour y parvenir, le gouvernement s’est engagé à investir massivement dans l’innovation et le déploiement de ces solutions spécifiques. 

QUELLES SONT LES Premières actions et réalisations ?

DÉFINIR UNE STRATÉGIE AVEC LES INDUSTRIELS LES PLUS ÉMETTEURS DE CO2

Le ministre de tutelle Roland Lescure a réuni, le 15 novembre 2022, les dirigeants et représentants des 50 entreprises industrielles les plus émettrices de CO2. Le Conseil national de l’industrie (CNI) des filières lance l’initiative « Zéro carbone dans l’industrie », qui soutient la conception écologique de l’industrie. Les 50 sites les plus émetteurs et les industries les plus émettrices doivent présenter leurs plans d’action à l’été 2023. Ces plans d’action doivent définir la trajectoire de réduction des émissions pour 2030 et 2050, en définissant les leviers, les investissements nécessaires et les besoins énergétiques, infrastructurels et financiers. Elles permettent ensuite à l’État de signer des « accords de transition écologique » avec tous ces sites industriels importants, assurant un soutien public à la hauteur des efforts des entreprises. Par ailleurs, la stratégie nationale de collecte, de conservation et d’utilisation du dioxyde de carbone verra le jour avant l’été 2023. 

LA MISE EN PLACE DE projets Zones Industrielles Bas Carbone « ZIBAC »

L’appel à projet ZIBAC vise à accélérer significativement la réduction des émissions de dioxyde de carbone dans une grande zone industrielle, en favorisant la synergie et la coopération entre les participants. À travers ce programme, l’Etat s’est engagé à accompagner la transformation écologique et énergétique des territoires pour accroître la compétitivité et l’attractivité, pour accompagner la reprise de l’activité économique. Le 16 janvier, les deux premiers lauréats du concours ZIBaC (Zones Industrielles Bas Carbone) ont été annoncés. Il s’agit de projets dans la zone industrielle de Dunkerque et de Fos-sur-Mer.

Dunkerque LAURÉAT de l’AAP « zibac » 

La désignation de la zone industrialo-portuaire de Dunkerque en tant que Zone Industrielle Bas Carbone (ZIBaC) est une nouvelle étape importante qui vient récompenser le travail du territoire pour son effort de décarbonation de l’industrie.

Le territoire dunkerquois, qui se positionne en tant que premier HUB CO2 et H2 de l’Hexagone, propose d’ores et déjà aux entreprises de nombreuses opportunités pour décarboner leurs activités et process. 

Que ce soit dans les domaines de la bioéconomie, des énergies renouvelables, de l’hydrogène et bien-entendu de la capture et valorisation du CO2… conforte son positionnement de laboratoire de solutions de décarbonation.

Instauré par le ministère de l’Industrie via l’Agence de la Transition écologique (ADEME), le dispositif ZIBaC permettra de réaliser des études d’ingénierie et de faisabilité relatives à la réduction des émissions carbone, avec un budget de 27,2 millions d’euros, dont une subvention allouée par l’ADEME à hauteur de 50%, soit 13,6 millions d’euros. Ces études porteront sur de nombreux projets : autoroutes de chaleur, construction et intégration d’infrastructures carbone, électrification du territoire, production d’hydrogène bas-carbone, etc. Ils fournissent un aperçu complet des besoins spécifiques d’infrastructure de la région pour réduire le dioxyde de carbone (21 % des émissions françaises actuelles) et d’offrir les meilleures opportunités tout en préservant les emplois.

** Source ** 

[Transition écologique : une stratégie pour accélérer la décarbonation des sites industriels, Economie.gouv.fr]