VERKOR CHOISIT DUNKERQUE POUR SA GIGAFACTORY DE BATTERIES
Accueil Investissements VERKOR CHOISIT DUNKERQUE POUR SA GIGAFACTORY DE BATTERIES
Retour aux Investissements

VERKOR CHOISIT DUNKERQUE POUR SA GIGAFACTORY DE BATTERIES

VERKOR CHOISIT DUNKERQUE POUR SA GIGAFACTORY DE BATTERIES

EN QUOI CONSISTE LE PROJET ? 

  • L’entreprise française Verkor va implanter une méga-usine (une « Gigafactory ») de fabrications de batteries « bas-carbone » dans le Dunkerquois.  Elle sera située sur un terrain de 80 hectares (extensible) situé sur la Zone Grande Industrie (ZGI) du Grand Port Maritime de Dunkerque. D’ici 2030, l’entreprise sera en capacité de fournir environ 300 000 batteries haute performance pour des véhicules électriques hauts de gamme ou sportifs comme ceux d’Alpine (Groupe Renault) .
  • La Gigafactory Verkor Dunkerque créera jusqu’à 1200 emplois directs dans la 1ère phase et près de 2000 à terme.
  • L’investissement total de ce projet s’élève à 2,5 Milliards d’€uros.
  • Avec 3 usines de ce type, la région Hauts-de-France se positionne en tant que véritable « Battery Valley ».

QUI EST VERKOR ? 

VERKOR est une entreprise française née en 2020 grâce à l’action commune de 6 acteurs persuadés de la nécessité de faire face aux enjeux climatiques et de faire de la France (et de l’Europe) un acteur clé de la production de batteries. Sa vocation  ? « Construire la mobilité de demain ».  Son ambition ?  » Accroître la production de batteries bas-carbone pour répondre à une demande croissante (…) ». Après la construction du Verkor Innovation Center à Grenoble pour la R&D, la question était de savoir où elle allait implanter sa première « Gigafactory »  Le choix s’est porté sur Dunkerque et a été annoncé le lundi 1er février 2022. 

POURQUOI DUNKERQUE ?

En concurrence avec une quarantaine de sites en France, en Espagne et en Italie : le choix de Dunkerque était loin d’être acquis. Dunkerque, territoire clé de la stratégie de décarbonation industrielle française s’est finalement révélé un choix logique qui récompense le travail des acteurs socio-économiques locaux. « Cette annonce vient confirmer le retour de Dunkerque au premier plan grâce à la transition énergétique de son industrie pour lutter contre le réchauffement climatique.« (P. Vergriete, maire de Dunkerque et Président de la CUD).

LA ZONE GRANDE INDUSTRIE (ZGI) DU PORT DE DUNKERQUE, ATOUT MAJEUR POUR L’ACCUEIL DE LA GIGAFACTORY

Comme nous l’écrivions dans cet article, « Dunkerque est en pôle position pour accueillir les projets industriels » (CF : ARTICLE), les nombreux atouts du territoire ont pesé dans le choix final :

  • la présence d’un hub énergétique, dont le poste électrique de 50 MW inauguré récemment à Bourbourg.
  • les axes-routiers développés, notamment A16 et A25.
  • la présence de DLI et ZGI, les deux zones labellisées « clés en mains ».
  • le vivier emploi-compétences, pour trouver les futurs talents qui travailleront sur le site.

Le projet verra donc le jour sur près de 150 hectares sur la ZGI, sur le Grand Port Maritime de Dunkerque. Les travaux commenceront en 2023 et les premières batteries sortiront des chaines en 2025.

UN PROJET CRÉATEUR D’EMPLOIS

L’usine créera, à terme, plus de 2000 emplois et Patrice Vergriete (Président de la CUD et Maire de Dunkerque) d’ajouter : « c’est un tournant historique pour notre territoire ». Le chantier se déroulera en plusieurs phases : la 1ère phase assurera une capacité de production de 16 Gw/h et entre 800 et 1000 emplois. A pleine capacité, à l’horizon 2030, l’usine assurera 50 Gw/h et aura un potentiel de 2000 emplois directs et 5000 emplois indirects. Le mix énergétique bas carbone et renouvelable dunkerquois permettra de créer des batteries dont l’empreinte carbone sera 4 à 5 fois inférieur aux batteries chinoises.

POURQUOI AUTANT DE PROJETS LIÉS AUX BATTERIES EN FRANCE ?

En 2021, près de 1 700 000 véhicules ont été immatriculés* en France (SOURCE : L’ARGUS). Dans un marché plutôt morose et perturbé par la pénurie mondiale de semi-conducteurs, les ventes de véhicules électriques affichent une santé de fer. Elles ont atteint plus de 162 000 unités soit une progression de 46% en 2021, et ce n’est que le début . Une quasi révolution est en marche sur toute la filière puisque la fin de la vente de véhicules thermiques est fixée à 2035. Cette croissance des ventes de voitures électriques implique logiquement une demande en batteries toujours plus importante et un besoin accru en métaux rares. 

 Au palmarès des véhicules électriques les plus vendus, nous trouvons* (SOURCE : CAPITAL) :

  • La Tesla Model 3 : 24911 unités
  • La Renault Zoé : 23573 unités
  • La Peugeot e-208 : 17858 unités

OÙ SONT FABRIQUÉES ACTUELLEMENT LES BATTERIES DES VOITURES ELECTRIQUES LES PLUS VENDUES ?

Actuellement, pour les 3 modèles électriques les plus vendus en France la situation est la suivante* (SOURCE : AUTOMOBILE PROPRE) :

  • La Tesla Model 3 est presque 100% Made In USA sauf certaines batteries qui sont produites par Panasonic au Japon.
  • La Renault Zoé est produite à Flins (78) depuis 2012.  Elle possède des batteries coréennes produites par LG Chem qui sont produites près de Wroclaw en Pologne et assemblées à Flins.
  • La Peugeot e208 et la plupart des modèles de Stellantis, ont des batteries aux cellules chinoises (produites par CATL) qui sont assemblées en Slovaquie.

La demande en forte hausse va rebattre les cartes et la région Hauts-de-France s’y prépare. 

L’INDUSTRIE AUTOMOBILE DES HAUTS-DE-FRANCE EN TRANSITION VERS LE TOUT ELECTRIQUE

Les Hauts-de-France, première région automobile de France (DOSSIER NORD FRANCE INVEST) Trois constructeurs mondiaux sont présents dans la région : Toyota, Renault et Stellantis (ex PSA). Elle compte aussi de nombreux équipementiers et sous-traitants, ce qui représente plus de 55 000 salariés dans la filière. Devant les défis écologiques majeurs des décennies à venir, et l’objectif de décarbonation de l’industrie, la filière automobile doit se réinventer et ne pas rater le virage du tout électrique.  C’est pourquoi, la problématique des métaux stratégiques est un sujet régulièrement évoqué.

DUNKERQUE, AU CENTRE DES ENJEUX DU PROJET NATIONAL DE MÉTAUX STRATÉGIQUES 

Les métaux stratégiques regroupent une cinquantaine de métaux considérés comme indispensables pour l’industrie, les technologies de pointe vertes et le high tech. Ces matières premières sont depuis quelques années au coeur d’enjeux économiques et géopolitiques planétaires. Ils sont en effet indispensables à l’industrie et à la fabrication de produits high tech destinés au grand public. On retrouve ces matières dans la fabrication de semi-conducteurs, de cellules photovoltaïques, d’écrans plats, de fibre optique ou des batteries électriques.

Sujet majeur pour réussir la décarbonation : la France veut réduire sa dépendance aux importations de métaux stratégiques, notamment vis à vis de la Chine qui détient le quasi monopole. Comme pour les terres rares, le recours au recyclage permettrait de limiter les besoins de production de ces métaux.

Philippe Varin (ancien PDG du Groupe PSA) a remis un rapport sur ce sujet sensible début janvier 2022.  Il met en avant deux propositions : il préconise la création d’un fonds d’investissement public/privé et suggère la création de deux plateformes dédiées.  La première à Dunkerque pour les batteries et la seconde à Lacq (près de Pau) pour les aimants permanents. Ces deux sites permettraient ainsi la sécurisation de 20 à 30% des besoins nationaux. La région Hauts-de-France dispose pour cela d’un atout à faire valoir avec la présence du PÔLE DE COMPÉTITIVITÉ NATIONAL TEAM2 dédié au recyclage et à l’écologie industrielle.

VERKOR CHOISIT DUNKERQUE POUR SA GIGAFACTORY DE BATTERIES

Pourquoi Dunkerque est le territoire idéal pour développer votre entreprise ?

Téléchargez pour tout savoir